Depuis plusieurs semaines, j'essaie d'obtenir des informations claires et sérieuses pour répondre à cette question toute simple:

quelle est la valeur du rayonnement électromagnétique de mon téléphone portable ?

Des dizaines de sites internet ont été visités, et quelques courriers électroniques envoyés. Et finalement,  pouvons-nous  y voir un petit peu plus clair?  Clair ? En effet, il est clair que cette information , et il faut le répéter une fois de plus, est pratiquement impossible à obtenir facilement. Celà veut dire: pratiquement impossible à obtenir sans vraiment, mais alors vraiment insister...

Nous voulons donc savoir: quel rayonnement électromagnétique (en micro Tesla) est émis par mon téléphone portable, et non pas: quel rayonnement électrique (en Volts par mètre) émet-il ? Là est toute la nuance...

Un premier article a été trouvé dans la revue scientifique Scandinavian journal of work, environment and health

A la page 9 nous trouvons le tableau suivant:

broadband_magnetic_fields_johansen

Comme toujours, seuls les appareils électriques de la vie courante employés à la maison sont indiqués. Pour plus de clarté dans la lecture de ce tableau, disons que N est le nombre d'analyses effectuées, et SD la déviation standard en %.
Tout baigne...: mis à part ce rasoir électrique, tout est conforme aux prescriptions disant de ne pas dépasser 100 micro Tesla pour une durée très courte.

Regardons bien. Eh oui, ça y manque encore une fois ! En effet: mais où est donc passé notre téléphone portable ? C'est pourtant bien un objet de la vie courante, n'est-il pas ?!?

Ouvrons grands nos yeux. Réveillons-nous. Lisons le texte sur cette même page, sous ce tableau, et pinçons-nous:

"Close to the antenna, in the near-field region, a considerable amount of electromagnetic energy oscillates perpendicularly in the outward direction from and along the antenna".

Bref: une quantité considérable d'énergie électromagnétique est émise par le téléphone portable. Mais on n'en dit pas plus. C'est combien, considérable ?

Rappelons pour mémoire qu'avec un appareil de mesure du marché des valeurs de 5000, 6000, voire même 9000  micro Tesla sont mesurées lorsque l'appareil est en mode émission-réception:

telephone_radio_television_champs_electromagnetiques

Il y a ici en particulier 8400 micro Tesla pour le téléphone portable (A, en activité émission-réception et à l'extérieur) ! Et 22 micro Tesla pour la radio à lampes (B) et 31 micro Tesla pour la télévision (C). Non montrés: les 34 micro Tesla pour le pied de la lampe de chevet allumée, et les 8 micro Tesla du rasoir électrique.

C'est tout-à fait troublant...

Après moultes péripéties, un document volumineux a été trouvé dans les entrailles du web, et contenant l'article suivant:

Bioelectromagnetics 2005, Dublin, Ireland p.125:

ASSESSMENT OF ELF MAGNETIC FIELDS FROM FIVE MOBILE HANDSETS. M. Tuor, S. Ebert, J. Schuderer, N. Kuster. IT'IS Foundation, Swiss Federal Institute of Technology (ETH), Zurich, Zurich, Switzerland. INTRODUCTION: Mobile phones not only expose the user to radiofrequency (RF) electromagnetic fields (EMF) but also to extremely low frequency (ELF) EMF. Hence, some agencies have called for combined RF and ELF health risk experiments. Such experiments require good knowledge of the strength and spectral power content of the ELF signal. ELF fields are caused by high supply currents inside the phone. The circuit with the highest power consumption is the front-end amplifier which is only active during transmission, i.e., the resulting ELF EMF signal has similar lower frequency components than the demodulated RF signal. OBJECTIVE: This study examines the magnetic field strength and waveform of five mobile phones: Sony Ericssson T610, Siemens A50, Motorola TP, Sony Ericsson T68, and Nokia 3310. Additionally, a worst-case signal with respect to maximum B-field and maximal frequency components is proposed. METHODS: The ELF magnetic fields of the five phones were examined by surface scans of the front and the back sides of the phones. They were conducted with the DASY4 near-field scanner equipped with a hall probe (F.W. Bell Gaussmeter 7000, RESULTS: The maximum ELF magnetic field strength at 5mm measurement distance was detected on the back side of the phones with up to 34µT and on the front side with up to 15µT; applying the extrapolation to the surface of the phone leads to B-field strength on the back side of up to 75µT. The waveform of the magnetic field represents the structure of the GSM pulse. Each phone showed a characteristic pulse shape in the time domain. Table 1 summarizes the results. The resulting data enable the definition of a worst-case exposure signal including ELF components, which can be used for risk assessment exposure setups. ELF magnetic field and pulse form characteristics of the five mobile phones

On y apprend que les 5 téléphones portables étudiés rayonnent de la façon suivante:

champs_electromagnetiques_cinq_telephones_mobiles

Enfin nous obtenons des valeurs en micro Tesla pour les téléphones portables ! Quelles sont-elles ? Eh bien de... 4,7 à 74,8 micro Tesla, suivant le modèle d'une part et où est mise la sonde autour du  téléphone, d'autre part. Et c'est une mesure qui, comme on l'apprend, est faite de manière confinée (ce fameux DASY4). On peut alors se demander si l'antenne émetrice est vraiment éloignée du téléphone, comme dans le "terrain" et la "vraie vie"...

Au vu de mes propres mesures faites en autodidacte avec le "Elektrosmoggerät" (voir le 29 juin, le 27 juillet et surtout le 7 août dans ce blog), je peux dire que quand bien même les valeurs ci-dessus sont basses, elles ne sont pas  anodines.
Pourquoi? Eh bien, pour la raison suivante: un article officiel également trouvé sur internet fait admirablement le point de la situation sur une seule page. Dans la figure 2 de cet article, nous apprenons quel est le temps que nous passons en présence de champs électromagnétiques élevés: celà n'est jamais plus que quelques minutes dans des conditions de travail ou de loisirs:

exposition_personne_champ_magn_tique1

Nous ne dépassons pas disons 1% du temps avec un champ électromagnétique plus haut que 2 ou 3 micro Tesla. Alors combien de temps sommes-nous chaque jour avec un téléphone portable qui rayonne autant de micro Tesla près du cerveau ?

C'est limpide.

Résultat des courses: on a un appareil, j'ai nommé le téléphone portable, qui émet dans tous les cas plus que 3 micro Tesla (mesures "officielles"), voire des milliers de micro Tesla (mes propres mesures "inofficielles"), et on voudrait nous faire croire que ce n'est pas nocif à long terme sur la santé ?!?

Le mot de la fin sera donc celui-ci:

Prudence, prudence. Et tout est dit.

Faut-il encore en plus sonner le tocsin ?

bon_usage_du_gsm1